Flux RSS

Passez le cercle Polaire

Publié le

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Laponie

Périple de 4 jours et 3 nuits en Laponie, en compagnie d’une cinquantaine d’étudiants erasmus à Helsinki et Tampere.

Le départ de ce type de voyages organisés par ESN Helsinki (Erasmus System Neoglobalisant) s’effectue au soir en gare de Helsinki, où un rendez-vous est donné pour prendre le train de nuit. Rendez-vous 3/4 d’heures avant le départ du train à 22 h 30. Étonnament, tout le monde est à l’heure. Tout le monde ? Non, nos amis les Bloody Bastards arrivent avec un confortable quart d’heure de retard. Peu de temps après, nous nous installons dans le train.

Bonne surprise, les lumières crues et blanches de l’allée centrales ne sont pas éteintes, ni même mises en veilleuses, à minuit. Ni à 2 heures. Ni à 4 heures non plus. Bref, c’est la première fois qu’on a autant de lumière à Helsinki.

Après avoir dans la nuit appris un nouveau jeu de cartes « The Russian game », comme nous allons l’appeler, puis nous être retournés maintes et maintes fois sur nos sièges pour rechercher vainement une position confortable, nous nous arrivons vers 10 heures à Rovaniemi, la plus grande ville de Laponie, connue pour abriter l’atelier du Père Noël.

Il est 10 heures, mais il fait tellement sombre que dans mon demi-sommeil j’étais persuadé qu’il n’était que 7 heures. Ranger les bagages se fait donc en mode zombie, de même que remonter le quai pour monter dans le bus qui nous attend. Manuel, l’Espagnol des Bloody Bastards, avait pris une couchette. Et il a l’air bien plus en forme que nous autres.

Avant de rejoindre Korvala, nous faisons un arrêt à Lidl, où nous achetons des victuailles : i.e. Du pain, du jambon, des chips, du fromage et…. la pasta e il passato di pomodoro, car Sebastiano sera notre cuisinier cette semaine, et il ne conçoit pas un repas sans pasta.

Premier jour à Korvala

C’est sous la neige que nous arrivons à Korvala. Un beau manteau blanc, le premier depuis que nous sommes en Finlande. Ça fait plaisir ! Nous apprenons que nous dormirons dans le « Sauna Cottage », un bâtiment composé d’une salle commune dans la mezzanine de laquelle nous dormirons et de 2 saunas, filles et garçons. Formidable, il y a même une cheminée dans notre petite maison !

Ce premier jour, 2 activités nous sont proposées. 2 activités qui se passeront dans la nuit, parce qu’à 2 heures et demie, il fait déjà très sombre.

Pour commencer, un petit tour en chien de traîneau. Les huskis sont magnifiques, surtout celui qui a les yeux vairons, et ils aboient de toute leurs forces, apparemment parce qu’ils ont envie de courir. Finalement, c’est notre tour, et nous nous élançons sur la piste aux cris de « Mene ! Mene ! ». Plus tard, j’essaie à mon tour de me faire obéir par un huski : « Istu ! Istu ! », mais pas moyen de faire asseoir ce maudit animal. Tant pis ! Direction l’atelier rennes !

Nous n’avions pas encore approché de rennes d’aussi près. C’est un drôle d’animal, avec une tête de vache, des bois sur la tête qui risquent de me crever les yeux et un pelage tout doux. Il est aussi pour de pattes avec 2 ongles de pieds très longs qui lui permettent de marcher sur la neige. Bon gré mal gré, l’animal obéit à mes pressions sur la longe, et nous emmène faire un petit tour de traîneau.

Avant le repas, nous faisons un bon petit feu dans la cheminée. Et au menu ce soir : Saumon et son écrasé de pommes de terre ! (Ou : Saumon purée de patates.)

Les Bloody Bastards arrivent au sauna dès 8 heures 30 ce soir-là, avec la ferme intention d’occuper le sauna jusqu’à sa fermeture à minuit. Le sauna est assez petit, donc à 5 dedans, un mor s’impose rapidement : « can you shuffle a bit, please ? » ce qui signifie : « Pourrais-tu te déplacer un petit peu afin que nous ne soyons pas en contact stp ? En effet, nous sommes tous les deux nus et suants dans un espace réduit et avec une lumière tamisée, ce qui me met mal à l’aise. » Nous rigolons bien, l’idée s’impose d’elle même de remplir un seau d’eau froide pour avoir des bières fraîches sous la main, mais… Rapidement nous mourons de chaud, si bien que pour nous rafraîchir nous avons recours à la tradition finlandaise. Opération saut dans le lac gelé dont la berge est dégelée artificiellement. Aucune description n’est possible. C’est terrible, mais supportable, sauf pour les pieds qui brûlent enfoncés dans la neige. La sensation de détente qui suit est on ne peut plus agréable.

Nous finissons la soirée en jouant à un jeu importé des cours de récréation des collèges de France que je ne me permettrai pas de nommer ici. En anglais : « The Asshole. » Enfin, assomé de fatigue, mais pas que de fatigue, chacun regagne ses pénates et s’enfonce dans un profond sommeil.

Deuxième jour à Korvala

Un sommeil si profond que le lendemain, James (from Essex, England) est le seul représentant des Bloody Bastards au petit déjeuner, ses comparses préférant rester au lit jusqu’à l’heure de leur extra activité qui sera une course de chiens de traîneau conduits par eux-même.

C’est donc avec James que nous faisons les 2 expés de la journée. Une première expédition en raquettes nous fit traverser le lac gelé à la recherche d’un reindeer mystérieux. Et la deuxième, en ski de fond, nous vit gravir des montagnes… jusqu’à 14 heures 30, heure à laquelle être un peu perdus comme nous l’étions n’est pas rassurant car la nuit est déjà presque tombée.

Après nous être régalés de la Pasta di Sebastiano vers 15 heures, nous finissons cette journée mémorable à jouer au Asshole et au Russian game, des jeux agrémentés par les Bloody Bastards de Punishments pour les perdants. (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé!)

Au menu ce soir : Meatballs et leur écrasé de pommes de terre. (Ou : boulettes purée) Mais c’est bon !

Le soir, la Common Room (qui est également notre chambre, je le rappelle) est envahie par 50 personnes qui jouent aux cartes, rient, discutent dans plusieurs langues, chantonnent et dansent au son de la seule radio disponible qui diffuse non-stop des chants de Noël multi-linguistiques.

Troisième jour à Pyhä

Réveil difficile ce matin puisque j’avais oublié la veille de mettre un réveil, et que nous devions prendre le bus à 10 heures pour aller à la station de ski de Pyhä. Mais avec un soupçon de stress et un brin de chance, nous montons finalement dans le bus.

Une heure plus tard, nous arrivons à Pyhä. Après un rapide coup d’oeil aux prix des forfaits de ski et des locations d’équipements ad hoc, nous sommes un bon nombre à décider de randonner dans le parc national tout proche, à la recherche des Frozen Waterfalls. Ces paysages blancs sont à couper le souffle. La cascade gelée est magnifique. Les autres ont vu un élan de loin – pas nous. Roberta, Marta et Jessica ont appris la chanson « un régiment de fromages blancs déclare la guerre aux camemberts ». Vers 14 heures, nous faisons un feu dans une Fireplace ce qui nous permet de faire chauffer nos sandwiches et fondre de la neige pour nous désaltérer. J’apprends quelques mots de roumain, Anaëlle descend toute la piste de ski en luge avec Chloé. En bref : le bonheur.

Retour à Korvala où un plat à base de renne nous attend : Renne et son écrasé de pommes de terre. (Ou espèce de kebab de renne purée de patates.) On commence à trouver ça lassant les pommes de terre mais… c’est typique, donc c’est bon !

Le soir, c’est déjà notre dernier sauna ensemble ! C’est très triste, alors pour compenser on s’amuse bien. On arrive à présent à rester plus de 2 minutes dehors, pas loin de 5 secondes dans l’eau du lac et à faire 2 roulades dans la neige fraîche ! Quelques photos immortalisent ces instants. Par chance, aucune n’a été prise lorsque les Bloody Bastards, malgré l’opposition farouche de Benjamin qui finalement s’est rangé à l’avis de la majorité, ont décidé de suivre plus rigoureusement la tradition, c’est à dire de tout faire tout nu.

Quatrième jour à Pyhä

C’est notre dernier jour en Laponie. Déjà. Le matin, nous apprenons à pêcher dans un trou pratiqué dans la glace. Le matériel est mis à notre disposition. C’est assez amusant, mais ni les Italiens ni les Français en sont réputés pour leur patience, si bien que Sebastiano et moi abandonnons assez rapidement. De toute façon, personne n’a rien pris ce jour-là. Tant pis !

Publicités

"

  1. On est d’accord que la Laponie c’est censé etre le pays du Père Noel ?

    Je comprends pourquoi il s’est installé par là, ca a l’air super beau quand meme (bien qu’un peu froid)…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :