Flux RSS

Archives d’Auteur: julienhels

St Pét’

Publié le

Ce diaporama nécessite JavaScript.

         Pour le premier week-end d’avril, juste après avoir dit adieu à nos roux préférés le soir matin même nous avons pris Miss Princess Maria pour faire un tour en Russie ( pour peu de jour, mais impossibilité d’obtenir un visa long de tourisme….) et que de chose à raconter ! Dans le bateau, comme d’habitude ( je pense que j’écrirais un jour une thèse sur les séjours en Ferrys sur la Baltique…) on assiste à du kitsh et gros lourd, notamment autour d’un petit spectacle dansé concocté par toute l’équipe du navire. La nuit dans le bateau couchette fut pour certain plus douleureux, à quatre lit superposés il y a de quoi commencer de petits concertos..Rroonn Pshiiiiiiiiiit !

La première impression en sortant du port  fut d’être envahie par la foule, sur les trottoirs, aux passages piétons. Les gens se pressent, se bouscule. La grosse ville, quoi. Il a fallut se remettre aux bonnes vieilles habitudes parisiennes !

Histoire de commencer en bons touristes, en sortant tout fatigué du bateau, nous avons échoués à la forteresse Pierre et Paul on sont enterré les vestiges des dynasties de l’empire. L’endroit donne l’occasion d’avoir les plus belles vues sur la Neva encore gelée mais…les prix et l’atmosphère sur-touristique nous a tout de suite encore plus refroidit et nous avons rapidement quitté les lieux pour aller nous ballader dans la ville à notre grès. Nous arrivons guidés par un joli toit bleu : eh oui, nous sommes rentrés dans une mosquée avant une église orthodoxe. Uniquement fréquenté par des hommes et femmes caucasiens, nous tentons d’assister à une partie du culte. Mais ma présence féminine gêne les hommes et ne trouvant pas la salle dédiée au femmes nous décidons de quitter la place….Nous revenons ensuite par les canaux et tombons sur la fameuse Храм Спаса на Крови ou  Saint- Sauveur-du-sang-versé. Les couleurs et la rénovation des façade est impressionnante…mais encore nous fuyons la foule qui amasse à l’intérieur et ne mettons pas les pieds à l’intérieur ( OUI nous avons loupé le s mosaïques….). Touristes et locaux sont fiers et fans de cette place: les mariées se pressent partout en soulevant leurs jupons, suivies de photographes.

Une soirée sur la Nevsky Prospekt : Personne ne nous a menti, la vie dans St Pet se concentre le soir autour de la célèbrissime artère. Tout est fait pour ne voir qu’elle qu’elle: bâtiments éclairés, éclairages spéciaux… St Pet’ expose son patrimoine historique aux yeux de tous et nous a fait marché sur ses trottoirs pendant bien quatre heures. La Nevsky c’est aussi le lieu de toutes les inégalités… cafés et pâtisseries ultra luxueuse, 4×4  plus massifs que jamais, vitrines d’alcool en jolies bouteilles, boîte de nuit ultra branché – on a refusé de me donner un flyer!!- Jolies blonde sur-maquillées mais comme toujours  en contrepartie on retrouva des groupes d’hommes meurtri par l’alcool, des vieilles femmes ramasser le fond des poubelles de toutes cette  » luxure ».

Une grosse nuit réparatrice dans notre chère auberge ( au bleu des escalier si bien décrépit) nous aide à préparer la marche du lendemain. Eh oui, Je n’avais pas prévu la taille de St Petersbourg et aïe mes petons… Marcher nous a permis de voir beaucoup et de ne pas trop se prendre la tête sur les réseaux de bus – qui ont d’ailleurs l’air de bien fonctionner-mais barrière de la langue oblige…nous adaptions les plans ! Nous avons quelques fois pourtant pris le métro…qui est un musée à lui tout seul ! Il a commencé à être bâtit sous l’ère soviétique et c’est un réel instrument de propagande. Il est tout d’abord impressionnant par sa profondeur ( passer sous les canaux et la Neva n’est pas une mince affaire vu a taille du fleuve) mais aussi sa propreté et l’allure de ses matériaux: marbres dorures et mosaïques les amis, attention!Pourtant le métro de St Petersbourg n’a pas réellement une fonction de « métro » mais plutôt de train de banlieue : les stations sont très éloignées et il faut au moins trente minutes pour en rejoindre une à pied… donc out le Châtelet-les Halles si vous me suivez bien! De façon générale les transports dans la ville on l’air très vétustes ( et encore je suis…sympa) , ce qui explique notre série de photos spécial  » old motors ».

Un grand soleil nous attend ….la marche continue ! L’Hermitage nous offre sa splendeur ( de l’extérieur du moins… pas envie de s’enfermer à l’intérieur par un si beau soleil..comprenez les gens en manque de soleil :)) et nous donne une idée générale de la tenure des bâtiment à St Petersbourg: les bâtiments de l’empire sont partout, ils sont la ville du centre mais beaucoup tombe en ruine ( même l’Hermitage qui laisse apparaître ses fissures derrières les épaisses couches de peinture verte) et il est difficile de ne pas s’en rendre compte. Du fait de la circulaton intense ( « zone piétonne »… was is this woord ??) St Petersbourg reste une ville très sale. La poussière vole dans tous les sens, on se croirait par moment dans une tempête de sable. Par ailleurs la ville s’emploie à lutter du moins dans le centre touristique  contre le manque de civilité de ses usagers. Un petit plus pour les balayeurs de..la glace ! Ils descendent habillés de jaune sur les bordures de la Neva et ramasse mégots, bouteilles et chewing gums négligemment jetés sur le fleuve gelés. Ailleurs dans la ville le ramassage des déchets semble poser un gros problème, pour le plus grand plaisir des chiens errants, et nous apprendrons par la suite que la ville, débordée laisse des compagnies privées plus ou moins frauduleuse ramasser les poubelles des particuliers moyennant des prix…en hausse.

Au détour des rues, nous nous faisons surprendre par l’architecture soviétique ( pas tant que ça finalement…) énorme ou tombant en ruine,encore des palais, des palais, des églises cachées…. C’est St’ Pet quand même!

Nous avons passé la dernière nuit dans une famille qui nous a simplement accueullie comme des rois! Blinis et petits fours russe mais nous ‘en demandions pas tant ( MIAMMM). Anton, ainé de la famille prend le temps de nous faire visiter son quartier dans la banlieue Nord-Ouest de la ville. Rien à voir évidemment avec ce que nous avions vu les jours précédents. … plus de palais ni de dorures… Les immeubles neufs semblent avoir déjà vécus plusieurs années… anecdotes locales, histoires rythme la journée passée avec Anton et sa fiancé, qui nous ramènent au centre…puis, snif…au bateau.

Ps :Pour les amateurs de zones portuaire comme moi: St Pétersbourg est un joyaux. Je n’ai pas décollé le nez de la vitre sur le bateau du retour.  Fantastiques couleurs des grues rouillées ou flambantes neuves…

Morale : la prochaine fois que je vais en Russie je me bas pour un visa long séjour….car il y a tout simplement trop à voir !

Hauskaa Vappua !

Publié le

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Entendu dans une soirée début septembre  » Tout le monde est dans la rue, dans les parcs, c’est la première fête de l’année  »

Tout était déjà dit !

Vappu, désignation locale pour dire le  » 1mai » est un événement à voir, même si la symbolique de l’évènement est assez éloigné de ce qu’il représente par chez nous -manifestation de travailleurs, jour férié, muguet,austérité ou encore fête de Jeanne d’Arc pour d’autres…-.

Vappu en Finlande c’est plus l’occasion de fêter l’arrivée du printemps-chéri avec son soleil ( sauf que souvent il neige encore à cette date !) que des travailleurs ( parait qu’il y a eu une manif à Kasjaniemi…pas vue, ni entendue..). Mais encore une fois, la particularité de cet fête tient au fait qu’elle célèbre aussi les étudiants ( voir l’article sur la fête nationale)

Pour être exact, l’évènement commence le 30 avril à 18H ( pétante, et quand je dis pétante, c’est pas 18H02 !) sur Kauppatori et Esplanadi, autour de la statue d’ Havis Amanda. La légende raconte qu’un jour, il y a bien longtemps un étudiant saoul  ( moi qui croyait que c’était un phénomène nouveau ici !) serait grimpé sur la statue pour déposer sur sa tête son béret de bachelier un jour de premier mai.Depuis c’est ce qui marque le début de cette nuit printanière. Une école est sectionné chaque année pour déposer la casquette sur Amanda et faire ainsi se lancer dans les airs les bérets de tous les anciens bachelier qui se sont agglutinés sur la place.

Une fois le top lancés ( oups, certains n’ont pas attendu !) les canettes s’ouvrent, les bouchons de champagnes volent et sortent des sacs à mains les milliers de bouteille d’eau et de jus fruit contenant des mélanges aux plus forts degrés…

Rapidement Vappu affiche  sa fonction de beuverie collective et retentissent les sirènes des ambulances. Pinpon pinpon.

Ce qui nous a marqué fut ce regroupement de personne massif sur la place du Sénat, sans musique ! pas une scène ouverte, pas de joueurs solistes…bref, bien tristoune. Un déplacement dans le quartier de Valilla  nous a quand même donné l’occasion de valser et tangotter sur les violons finlandais.

Et la nuit continue [belle ellipse temporelle …]

Le lendemain, tout le monde est frais et de bonne humeur pour aller pic-niquer à Kaivopuisto ! Nous avec nos pauvres chips et nos oeufs durs ont a l’air malin! Les salades savoureuses, les friands, les beignets, les quiches ont été préparés depuis bien longtemps et tout le monde partage  ( sans oublier la coupe de champagne dans laquelle se mouille un quart de fraise, bien sûr ) !

On prend le soleil, le vent, la sieste, une chips,une tomate, une chips et…Hauskaa Vappua !!

Suomi Karjala

Publié le

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il était temps pour nous d’aller visiter du côté de l’Ouest de la Finlande, dite  » région des lacs »…Pourtant encore une fois, l’hiver finlandais nous joua un joli tour. Nous qui pensions randonner avec force et pourquoi pas profiter d’activités nautiques, c’est la neige et le froid qui nous ont accueillis!

La Carélie est une région qui reste célèbre dans l’esprit des Finlandais pour avoir été une terre de conflits avec La Russie. Dès la création de St Saint-Pétersbourg la région est convoité par l’empire et l’Union Soviétique pour sa position stratégique sur la Baltique auquel elle sera d’ailleurs rattaché  par sa majeure partie à l’URSS après la guerrre de continuation qui a opposé Finlande et URSS en 1944. Un grand mouvement de migration a suivi, beaucoup de Finlandais quittant les terres russes pour rejoindre la Finlande.Ainsi,la question des terres de Carélie restent un souvenir douloureux dans les mémoires finlandaises…

Pour autant,  ce n’est pas l’histoire qui a le plus marqué nos esprits, à nous,visiteurs de passage. L’eau l’eau l’eau et encore l’eau est sans doute la première donnée du paysage. La Carélie est en effet la région qui concentre plus de 35% des ressources en eau du pays.Quelques lacs immenses comme la lac Saimaa,Orivesi ou Pielinen, près duquel nous avons séjourné,d’une taille impressionnante nous amènent à nous demander si de la terre ou de l’eau constitue le continent…Du fait de cette présence d’eau, de milliers de lacs, de courants, la région a servi à l’exploitation du bois. Usines à bois, papeteries sont très nombreuses et constituent le paysage de ces villes ( ex: Mikelli,Joensuu..).Mais la Carélie c’est aussi la première région de Finlande où la production d’électricité est hydraulique: de nombreux barrages sont situéss sur les plus grands lacs et rivières.

Le parc national de Koli fut notre destination. Implanté  en surplomb au bord du lac Pielinen il jouit d’une situation assez exceptionelle d’un point de vue des paysages… qui ont déjà atiré l’oeil de nombreux peintres finlandais romantique comme  Eero Järnefelt ou Albert Edelfelt..

Réfugiés dans notre cahute, sans eau, ni électricité, nous avons tout simplement profité des joies du paysages, de faire des saumons dans la neige et ( triche) de squatter le sauna de l’hôtel du parc pour réchauffer nos pauvres articulations mises à mal par les dures conditions hivernales…

Tolerance 0 ?

Publié le

A se balader dans les rues de l’archi-centre d’Helsinki il serait facile de croire qu’il ne s’y passe pas grand chose et que la société civile est muette et inexistante…true or false ?

Après quelques  recherches sur le sujet, il apparaît que la municipalité de la ville mène une campagne assez stricte quand à la propreté et à l’affichage dans la ville. Elle a été renforcée depuis 1998 sous le nom de « Stop Töhryille ».

 Pas étonnant alors que les grafitis soient bannis de l’espace publique. Cette politique se traduit par un arrachage quasi systématique des affichettes de concerts, loisirs, associations sur les poteaux, les  bornes électriques et autres traditionnels supports aux affiches collées. De plus, très peu d’endroits sont destinés à l’affichage des informations légal comme on en voit en France et le moyen le plus utilisé pour faire passer des informations sur les différentes manifestations dans la city restent l’affichage chez les particuliers, dans les bars, supermarchés- qui disposent souvent d’un large panneau d’affichages de petites annonces où il ne faut pas nécessairement demander l’autorisation d’affichage préalable à la caisse-. Il est plus difficile ainsi de saisir des infos au vol, au coin d’un carrefour…La ville déploie de grand moyen pour parvenir à ses fins: de nombreux employés, cutter à la mains décolle  les stickers dans le métro, dans la rue..Chaque année, un budget supérieur à 500 000 euros est consacré à ce nettoyage.En effet la municipalité fait appel à des agences privées spécialisées dans le nettoyage.

Quand aux graffitis, il semble absent… à croire qu’ils ne vendent pas de bombes ici…mais pour répondre à un important mécontentement de la part des greffeurs, la municipalité depuis 2010  a décidé d’accorder des espace réservé aux graffeurs…à son propre avantage ! En effet, ces « murs » sont des barrières mobiles, la plupart du temps disposés dans les zones de grands travaux : quartier de la gare, baie de Töölö, autour de Kamppitori…Certaines campagnes organisées sur les ponts provisoires servent aussi à justifier cette voie de  » soft power » ( à Kalasatama par exemple)

Pour la ville ces « murs » dédiés aux graffeurs professionnels permettent  surtout de mettent un peu de couleur dans des zones peu valorisées pour le moment : tas de terre, bulldozer, gravas, neige salie… Effectivement au premier coup d’oeil  ça égaye les lieux mais où la spontanéité ? La recherche d’une place dans la démarche artistique d’un graffeur a autant d’importance que le motif pour avoir un sens artistique…

Heureusement qu’il restent les bon vieux toilettes de la fac…pour le coup bien tapissés ( surtout par les associations de protection des animaux d’ailleurs..) !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tallinn jour et nuit

Publié le

Deuxième expédition à Tallinn, en pleine tempête de neige, à la découverte des  dessous de la ville, bien différentes des façades bien peintes de l’archi-centre médiéval recrée pour les touristes pour Tallinn capitale de la culture en 2011…

( comparaison possible avec notre précédent article : https://mettrelaccentsuomi.wordpress.com/2011/12/04/tallinn/)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

l’Hiver en vrac

Publié le

Quelques clichés glanés de ci de là, au quotidien à Helsinki.. NB: la neige ça peut être beau et moche à la fois ! NB2: la neige ça fond un jour, et ça retombe le lendemain, pour le plus grand plaisir des agents de la municipalité en charge du dé-neigeage  des toits ! ps: Plusieurs clichés sont […]

Limite 0.5g

Publié le
Limite 0.5g

Depuis le début de l’année, publicité contre les dangers de l’alcool ( chez les jeunes probablement) affichée à tous les arrêts de bus qui a le don de m’insupporter : l’alcool à outrance c’est AUSSI moche chez les damoiseaux….

Après une recherche online je m’pperçois qu’il existe aussi une version masculine. Mais pourquoi celle-ci n’est pas montré au grand public  ( surtout qu’au final nous voyons beaucoup plus régulièrement des jeunes hommes éméchés que de jeunes femmes..)?

De lien en lien je découvre le type de prévention  développé par l’Etat finlandais pour limiter la consommation chez les jeunes. les petits films sur http://www.kannissaoletaalio.fi/  ( pour voir les chutes des miniclips, cliquer sur « Kyllä » puis  » Siistiä ») parlent d’eux même et l’approche genré des méfaits de l’alcool est quelque peu déconcertante et encore une fois pleine de clichées ! Evidemment les statistiques parlent d’eux même : plus de garçons sont prêts à conduire alcoolisés  mais concernant les pratiques sexuelles je ne pense pas qu’il y ai QUE les filles qui regrettent les lendemains de soirées…De même les garçons peuvent bel et bien s’embrouiller avec leurs potes  et les filles avoir des envies de suicide..

Je soulignerai  tout de même l’effort artistique et ludique de la présentation online de cette campagne..

Ironie : pour entrer sur le site de la campagne de prévention il faut approuver (  » Kyllä » ) avoir plus de 18 ans…  Disons que les finlandais sont plus raisonnables qu’en France, ils attendent la majorité pour avoir la tête qui tourne …